Perusal, Synthesis, Bliss

June 22, 2021: le "fact checking" ou "desintox". Les virus bactériophages.

Voir la vidéo suivante, relevant soit disant de la "desintox" ou "fact checking" ("Euro 2020, accident cardiaque et suspiscion | 21/06/2021 | Désintox | ARTE"):
D’abord un détail: tout ce travail de graphisme et d’animation pour dire si peu de choses, à mon avis c’est du gâchis. Pour rester positif, imaginons que cela puisse donner une expérience professionnelle à un stagiaire.
Ensuite, et surtout, ce n’est pas parce qu’il y a des démentis que ces démentis ne sont pas des mensonges. Comme si le monde du foot ne pouvait accoucher que de vérités. J’ai connu des journalistes plus sceptiques quand il s’agissait du dopage dans le cyclisme (et à raison). Bien sûr que l’on peut imaginer que des dirigeants n’assument pas la vaccination de leur joueur, vu la pression médiatique. On peut comprendre qu’ils veuillent éviter les problèmes. De plus, si je ne m’abuse, on n’est pas en mesure de connaître la réalité à cause du (ou plutôt, grâce au) secret médical.
Donc: peut-être que leur démenti correspond à la réalité, mais peut-être aussi que non. Pourquoi les "fact checkers" n’utilisent que deux couleurs, le noir et le blanc, plutôt que de tout prendre plus ou moins avec des pincettes, et de donner du contexte (thèse, antithèse, synthèse)? Récemment une information a circulé comme quoi la vaccination (avec quel vaccin, au fait?) diminuerait la performance sportive, au moins de manière temporaire: voir ici et la vidéo suivante
C’est une information hypothétique aussi bien sûr (comme toute information, ce relativisme est nécessaire comme le montre l’histoire). Pour ma part je crois que la version "officielle" est vraie à 70%; je mets 30% de chances pour que ce soit un mensonge et qu’en fait le joueur ait été vacciné. Ai-je le droit d’associer une probabilité aux informations que je reçois? Tout n’est que croyance, plus ou moins argumentée, tout n’est que représentation du monde qu’on se construit dans notre cerveau. Néanmoins je ne mets pas toutes les croyances sur le même plan: bien sûr que les croyances scientifiques sont supérieures aux croyances religieuses.
Voilà comment les journalistes d’ARTE auraient pu enrichir le débat:
Voilà ce qu’on attendrait d’ARTE plutôt que de relayer simplement la voix des dirigeants du football, habitués à mentir par essence. Ou alors ARTE ferait mieux de se taire, et plutôt nous préparer des bons reportages comme celui diffusé il y a quelques années concernant les virus bactériophages ("Virus contre bactéries - une solution à la crise des antibiotiques ?" (Allemagne, 2011, 52mn, ZDF, un film de Stefanie Schmidt):
ou encore celui-ci, beaucoup plus récent ("L’incroyable histoire des tueurs de bactéries", 2019):
Et aussi ARTE pourrait se demander pourquoi les choses n’avancent pas plus vite dans ce domaine? La comparaison entre ces deux reportages montre que la situation n’a guère évolué en presque dix ans.
Voici la liste des avantages des phages que j’ai pu dresser, à partir de ces deux reportages et d’autres qu’on peut trouver sur internet:
Le seul inconvénient concernerait certains phages capables de muter trop rapidement, et potentiellement représenter un danger pour le corps, mais sauf erreur cela n’est jamais arrivé. Rien à voir avec le danger patent du médicament REMDESIVIR du laboratoire GILEAD, pour ne citer qu’un exemple, que l’Europe s’est empressée d’autoriser (ATU: "autorisation temporaire d’utilisation"), et d’acheter (pour un milliard d’euros, un ou deux jours avant que l’OMS déclare que celui-ci est inefficace pour traiter le COVID; tout cela est très bien expliqué par Didier Raoult). L’Europe et la France arrosent l’industrie pharmaceutique abondamment, sans même être capable de savoir où l’argent est dépensé. Regarder à ce sujet l’interview suivante de Charles Prats par Charles Gave, absolument hallucinante:
En résumé: les hauts fonctionnaires qui administrent la France sont incapables de savoir où l’argent est dépensé. Surréaliste. La baisse du niveau a atteint tous les niveaux de l’Etat. Voilà ce que j’attendrais d’un Président et des hommes politiques: parler des vrais sujets, dans le fond, à 20h au journal de TF1. Mais, au lieu de cela, rien, le néant intellectuel. Peu de personnalités publiques relèvent le niveau, et sont alors blacklistées par les médias (exemple de François Asselineau).
Pour finir, contrairement à ce que les deux reportages sur les phages ci-dessus laissent supposer, Didier Raoult affirmait dans une émission ARTE Thema ("L’antibioresistance : mythe ou realite ?", 2019) qu’il n’y a pas de problème de résistance aux antibiotiques, quelques mois avant qu’il ne devienne connu du grand public. Sa justification? Que l’on dispose d’un spectre suffisant d’antibiotiques, et qu’on peut toujours en trouver un qui soit actif sur une bactérie donnée:
A confirmer ou à infirmer par les autres specialistes du domaine. Voilà quelqu’un en dehors du consensus trop facilement adopté par les carrièristes paresseux, et qui permet de faire avancer un débat contradictoire.